Présentation

  • : belleplanete.over-blog.com
  • belleplanete.over-blog.com
  • : Amoureuse de la nature, un brin militante, bienvenue dans mon monde... écologie, merveilles terrestres, belles initiatives, protection animale, livres, cuisine végétarienne mais aussi grognements et émotions... Belle visite ! Laurence
  • Contact

Recherche

27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 18:52
SOLAAL : le don alimentaire

Création de SOLAAL : SOLidarité des producteurs Agricoles et des filières ALimentaires

Les filières agricoles et agro-alimentaires s’engagent en matière d’aide alimentaire !

Face à l’augmentation du nombre de Français vivant en-dessous du seuil de pauvreté, aux besoins croissants des associations caritatives ainsi qu’à la baisse du soutien communautaire, la profession agricole et ses filières ont créé en 2013 SOLAAL, une association de dons de produits agricoles et alimentaires à destination des plus démunis en France.

Un audit complet de la chaîne des dons alimentaires a été réalisé au moyen d’interviews d’une centaine d’acteurs, ce qui a permis de recenser les freins, blocages ou manques et de définir ainsi le rôle de l’association, en complément des actions existantes.

SOLAAL travaille en étroite relation avec les donateurs et les associations caritatives françaises existantes. Elle a pour objectifs de :

  • mobiliser plus encore la générosité des producteurs
  • renforcer l’engagement des acteurs
  • faciliter l’organisation des dons sur les plans national et local
  • lutter contre le gaspillage alimentaire
  • veiller à l’équilibre nutritionnel des bénéficiaires

Les premières actions en 2013 ont visé à :

  • sensibiliser et informer sur les types de dons (en nature, logistiques, notamment)
  • obtenir l’avantage fiscal prévu par la loi pour les agriculteurs, qui ne peuvent en bénéficier dès lors que les produits donnés sont transformés
  • pérenniser les dons de lait, menacés par la suppression de la taxe fiscale affectée et la fin des quotas
  • mettre en relation tous les acteurs locaux (donateurs, associations caritatives et collectivités territoriales) pour créer des partenariats
  • veiller au bon acheminement des produits car la prise en charge de la logistique est le maillon faible de la chaîne du don alimentaire
  • créer des filières d’insertion pour collecter les produits hors calibre ou non récoltés

www.fnsea.fr

Guide du don almentaire téléchargeable sur ce lien :

http://www.fnsea.fr/toutes-les-thematiques/l-agriculture-acteur-economique/conjoncture/articles/un-guide-pour-developper-et-faciliter-le-don-alimentaire/

Partager cet article

Published by Laurence - dans Coup de chapeau !
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 21:45
Gérons nos déchets !

Aspiration des déchets

Les bornes d'aspiration

Le système de collecte pneumatique de Romainville

Les bornes d'aspiration viennent remplacer peu à peu les bennes à ordures dans les villes. Les déchets sont désormais « aspirés » et transitent en souterrain. Les habitants y déposent leurs ordures jour et nuit. Des bornes plus larges sont réservées aux usages professionnels (marchés, entreprises).

Une fois déposés, les déchets descendent dans des canalisations de 50 centimètres de diamètres et sont stockées provisoirement en sous-sol. Deux fois par jour, un système d'aspiration se met en place, avec un flux d'air à 70km/h pour les acheminer dans un terminal de collecte où elles sont compactées. Les déchets sont alors transférés par camion dans les centres de tri ou de traitement.

C'est une avancée environnementale : plus de nuisances sonores et de pollution due à la rotation de camions, pas d'odeurs grâce à des filtres dans le réseau, et un cadre de vie embelli. Les charges quant à elles baissent car il n'y a plus de manipulation de bennes.

 

Le recyclage des DEEE

Logo-Eco-systemes.jpg

4bf38ad4e96e4.jpg

"La nature n'a pas besoin de votre vieille TV"

Depuis novembre 2006, les DEEE ne doivent plus être jetés à la poubelle. Tous les appareils alimentés sur secteur, pile ou batterie doivent être dépollués puis recyclés. Leur taux de recyclage varie entre 65 et 90%. Le recyclage permet de produire de nouvelles matières premières secondaires et de fabriquer ainsi de nouveaux appareils tout en préservant les ressources naturelles.

A l’achat d’un appareil neuf, nous payons une «éco-participation », qui correspond au coût de collecte, de réemploi, de dépollution et de recyclage d’un appareil usagé équivalent. Son montant varie selon le produit et le type de traitement qu’il nécessite.

Eco-systèmes est un éco-organisme à but non lucratif agréé par les pouvoirs publics pour la collecte et le traitement de ces DEEE. Ils travaillent en partenariat avec les distributeurs, les collectivités locales et les réseaux solidaires.

Plus d'info sur www.eco-systemes.fr

La réduction des déchets : un enjeu environnemental, sanitaire et financier...

Les campagnes régulières d'information ont pour objectif de sensibiliser chacun sur la nécessité de réduire la quantité de déchets que nous produisons et donner des clés pour agir au quotidien. Le gaspillage de matières premières nécessaires à la fabrication des objets et au transport des déchets provoque l'épuisement des ressources naturelles. La production et la gestion des déchets posent des questions de sécurité sanitaire et de santé publique. Leur élimination contribue à la pollution des sols, des eaux et de l'air. Elle nécessite des installations de traitement toujours plus importantes dont le coût financier est répercuté dans le prix des produits que nous achetons et des impôts et taxes que nous payons.Les campagnes régulières d'information ont pour objectif de sensibiliser chacun sur la nécessité de réduire la quantité de déchets que nous produisons et donner des clés pour agir au quotidien. Le gaspillage de matières premières nécessaires à la fabrication des objets et au transport des déchets provoque l'épuisement des ressources naturelles. La production et la gestion des déchets posent des questions de sécurité sanitaire et de santé publique. Leur élimination contribue à la pollution des sols, des eaux et de l'air. Elle nécessite des installations de traitement toujours plus importantes dont le coût financier est répercuté dans le prix des produits que nous achetons et des impôts et taxes que nous payons.

Plus d'info sur www.reduisonsnosdechets.fr

De quoi sont composées nos poubelles ?

La quantité de déchets a doublé en 40 ans !

Chacun d'entre nous jette en moyenne 390 kg par an de déchets dans les poubelles et containers de tri auxquels s'ajoutent les 200 kg par an qui sont apportés en déchèteries.

La réduction des déchets permet de réduire la consommation de ressources non renouvelables, de limiter les rejets de gaz à effet de serre et au niveau local d'avoir moins recours à l'incinération ou à l'enfouissement et de maîtriser les coûts liés à la gestion des déchets (collecte, stockage, incinération).

Comment agir ?

* Je limite les emballages

* J'utilise des éco-recharges

* Je fais du compost

* Je limite mes impressions

* Je mets un "stop pub" sur ma boîte aux lettres

* Je donne des vêtements

* Je choisis de la vaisselle réutilisable lors des piques niques, fêtes...

* Je donne des livres

* J'utilise des piles rechargeables

* Je loue des outils

* J'utilise des paniers pour faire mes courses pour limiter l'utilisation de sacs en plastique

* Je fais réparer mon électroménager

* J'achète à la coupe

* Au bureau, j'utilise une tasse à la place des gobelets en plastique ou en carton

Stop au gaspillage alimentaire...

Chaque français jette en moyenne 20 kg d'aliments par an à la poubelle :

* 7 kg d'aliments encore emballés

* 13 Kg de restes de repas, de fruits et légumes abimés et non consommés

En faisant un peu attention, chacun de nous peut facilement éviter ce gaspillage...

J'achète malin

* Je fais ma liste de courses en regardant ce qu'il reste dans le réfrigérateur et les placards, cela évite de racheter la même chose

* J'essaie de planifier les repas de la semaine

* Je fais attention aux dates de péremption

* Je termine mes courses par le frais et le surgelé

Je conserve bien les aliments

* Je regarde sur les emballages le mode de conservation recommandé (au frais, à sec, à température ambiante...)

* Je regarde les dates de péremption et je range au dessus les aliments qui doivent être consommés le plus rapidement

Je cuisine astucieux

* Je cuisine les quantités adaptées au nombre de convives

* J'accomode les restes

* J'utilise les produits dont la date de péremption arrive à échéance

DLC et DLUO : à ne pas confondre

DLC : Dates Limites de Consommation

Elles sont précédées de la mention "à consommer avant le..." ou « à consommer jusqu’au… ».

Elles concernent les produits périssables. Théoriquement, manger un produit au-delà de ces dates peut faire courir un risque pour la santé. En pratique, pour certains produits, des dépassements plus ou moins longs semblent envisageables.

DLUO : Dates Limites d’Utilisation Optimale

Elles sont précédées de la mention « à consommer de préférence avant… »

Elles concernent les produits qui ne s’altèrent pas, du point de vue microbiologique, avec le temps. Si elles sont dépassées, les qualités organoleptiques peuvent ne pas être optimales (biscuits mous, chocolat blanchi…) mais aucun risque couru pour la santé.

Partager cet article

Published by Laurence - dans Agissons !
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 17:15

 

 

Pour éviter des frais supplémentaires et une explosion de la facture de CO2, deux solutions sont possibles :

- transport entre particuliers : www.colis-voiturage.fr

- retours à vide des transporteurs : https://fretbay.com/fr/

 

 

 

Partager cet article

21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 16:02
Les paniers bio

Le principe est de consommer des produits de saison, pas toujours choisis, parfois inhabituels mais toujours savoureux.

Plusieurs sites proposent cette prestation :

www.mon-panier-bio.com

www.lespaniersduvaldeloire.fr

www.lecampanier.com

www.materre.net

www.paniersbiochezvous.fr

www.panier-bio-paris.fr

www.secondenature.net

www.lespaniersdemartin.com

Partager cet article

Published by Laurence - dans Du côté du web
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 10:03

Pour le plaisir des yeux...

L'art culinaire...
L'art culinaire...
L'art culinaire...
L'art culinaire...

Partager cet article

Published by Laurence - dans Art et Nature
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 20:14
De Paul Curtis dit Moose, pionnier de cette technique

De Paul Curtis dit Moose, pionnier de cette technique

"J'ai toujours eu du mal à expliquer ce que je fais. Je dis aux gens que je dessine en nettoyant". Moose choisit les murs et les tunnels les plus sales des villes pour réaliser ses oeuvres, muni d'une brosse ou d'une paire de chaussettes. "Je n'utilise pas de produits agressifs, en général de l'eau et de l'huile de coude".

A la place de la peinture habituelle du graffiti, l'artiste nettoie la surface encrassée pour créer un contraste entre propre et sale.

Le dessin transmet un message et est en lui-même un acte de dépollution temporaire.

Les projets sont :

Pour Moose

  • Une représentation du symbole de l'infini pour marquer les 25 ans de la catastrophe écologique de Bhopal en Inde
  • Une grande oeuvre "Reverse Graffiti Project" avec un fabricant américain de produits ménagers écologiques
  • ...

Pour Alexandre Orion

  • L'oeuvre "Art Less Pollution" qui rappelle aux automobilistes l'impact de leurs émissions sur la planète et pointe du doigt leur passivité
  • ...

D'autres utilisent le graff végétal à l'aide de feuilles mortes ou d'herbe ou encore de la boue.

Pour Jess Graves

  • Il peint avec la boue son engagement contre l'agriculture industrielle et pour une consommation responsable
  • ...

Partager cet article

Published by Laurence - dans Art et Nature
commenter cet article
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 11:24
Utilisons des cosmétiques non testés sur les animaux

Acheter éthique, c'est respecter une philosophie de vie respectueuse de la planète, des hommes et des animaux. C'est aussi exercer son pouvoir de consommateur sur le marché et donner des orientations.

Les cosmétiques sont encore testés sur les animaux malgré l'interdiction proclamée par la loi de 2009. Pourtant, des solutions substitutives existent sans risque. Le modèle animal n'étant pas le modèle humain, les tests peuvent donner lieu à des erreurs !

Plusieurs marques ont fait un autre choix que l'expérimentation animale. L'Association One Voice a créé un site et un label pour nous permettre de consommer sans cruauté.

Plus d'info sur http://label.one-voice.fr/

Partager cet article

Published by Laurence - dans Agissons !
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 18:57
Le freeganisme

Pour les freegans, notre système économique entraînera toujours inégalités et gaspillage.

Ils luttent contre ce gaspillage, défendent l'écologie, les hommes et les animaux. Ils refusent notre société de consommation en utilisant les ressources jetées quotidiennement par les habitants des pays riches (nourriture, vêtements...).

Les objets dépassés et remplacés peuvent encore être utilisés. Les produits jugés invendables ne sont pas pour autant impropres à la consommation. Pour que les rayons et étalages restent attractifs, tous les produits de présentation imparfaite sont jetés. A l'échelle du magasin puis de la ville, la quantité est impressionnante.

Jeter de la nourriture est choquant alors que tant de personnes meurent de faim.

Il ne faut pas minimiser les conséquences nuisibles de notre surconsommation sur les humains, sur les animaux tués trop souvent pour finir à la poubelle et pour notre planète qui s'épuise.

Leur philosophie...

"Le Freeganisme est un mouvement né aux états-unis d'Amérique. Rejoignant beaucoup de philosophies (écolo, anarko, altermondialisme, anticapitalisme, porkisme...), les freegans se caractérisent cependant par leur régime alimentaire déchétarien. Rien de plus sain en effet que de bouffer dans les poubelles : gratuité de la nourriture pour tous + réduction du gaspillage alimentaire + immunovolution. Bouffer dans les poubelles ne fait pas de vous un freegan, et être un freegan n'implique pas forcément de bouffer des restes. Il faut restaurer l'entraide collective et arrêter de pourrir notre planête génitrice.
90% de nos 'déchets' sont recyclables à l'infini."

Plus d'info sur www.freegan.fr

 

Partager cet article

Published by Laurence - dans A méditer...
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 18:44
Les jardins de Cocagne

"Vous avez besoin de légumes, ils ont besoin de travail. Ensemble, cultivons la solidarité".

Le premier jardin de Cocagne a été créé en 1991 par Jean-Guy Henckel, éducateur. Depuis de nombreux jardins ont vu le jour. Chaque année, ce réseau accueille 3000 personnes en contrat d'insertion, qui travaillent à la fois la terre et leur projet d'avenir.

Les jardins maraîchers permettent de distribuer chaque semaine 17000 paniers de légumes bio à leurs adhérents, partout en France.

Plus d'info sur www.reseaucocagne.asso.fr

Guide des jardins de Cocagne. Editions Alternatives

Guide des jardins de Cocagne. Editions Alternatives

Partager cet article

Published by Laurence - dans Coup de chapeau !
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 16:12
L214

« L214 Éthique & Animaux est une association loi 1901 centrée sur les animaux utilisés dans la consommation alimentaire (viande, lait, œufs, poisson), s'intéressant à leurs conditions d'élevage, de transport, de pêche et d'abattage.

L'association articule son travail sur 3 axes complémentaires :

  • Rendre compte de la réalité des pratiques les plus répandues, les faire évoluer ou disparaître par des campagnes d’information et de sensibilisation. Repérer et tenter de faire sanctionner les pratiques illégales par des actions en justice.
  • Démontrer l’impact négatif de la consommation de produits animaux (terrestres ou aquatiques) et proposer des alternatives.
  • Nourrir le débat public sur la condition animale, soulever la question du spécisme, revendiquer l’arrêt de la consommation des animaux et des autres pratiques qui leur nuisent. »

 

Le nom de l’Association fait référence à l'article L214 du code rural ; en 1976, les animaux y sont pour la première fois désignés en tant qu'êtres sensibles.
 

Art L214-1 : « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce. »

 

Plus d’info sur www.l214.com

Partager cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog