Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : belleplanete.over-blog.com
  • belleplanete.over-blog.com
  • : Amoureuse de la nature, un brin militante, bienvenue dans mon monde... écologie, merveilles terrestres, belles initiatives, protection animale, livres, cuisine végétarienne mais aussi grognements et émotions... Belle visite ! Laurence
  • Contact

Recherche

5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 16:18

Chaque mois, l’indicateur Eco2Climat mesure l’empreinte carbone des Français. Focus sur l'habitat responsable de 25 % de nos émissions.

Froid polaire, consommation record cette semaine vient nous rappeler l’importance du  chauffage. La consommation du secteur du bâtiment représente 40% de l’énergie utilisée en France et 25 % de notre production de gaz à effet de serre. 

Particularité française, plus d’1/3 des logements sont chauffés à l’électricité. Produite à 80 % par le nucléaire, cette source d’énergie émet peu de gaz à effet de serre (180g par kilowatt, contre 250g pour le gaz et jusqu’à 320g pour le fioul). Mais en période de pointe, les centrales à gaz sont activées, et on importe de l’électricité britannique et allemande produite avec du charbon. 

La solution : réduire la demande. Dans le neuf, une réglementation thermique, la RT 2012, qui entre en vigueur progressivement cette année, impose une consommation maximale de 50 kW/m2. Mais le parc existant est 4 fois plus énergivore. “Ce sont des émissions diffuses, réparties dans des dizaines de milliers de logements, d’écoles, d’hôpitaux, de commerces… explique Benoît Lemaignan, consultant de Carbone 4. C’est un gisement significatif mais difficile à activer.” Des prêts à taux zéro permettent de financer certains travaux d’isolation. L’objectif du Grenelle est de réduire de 38 % les émissions de CO2 des logements en 2020.

Metro

Isolation, puits canadien, pompe à chaleur : Bruno Comby a construit une maison écolo qui produit plus d'énergie qu'elle n'en consomme.

Au premier abord, on dirait un pavillon de banlieue ordinaire : un cube crépi de beige, un perron central entouré de fenêtres, un garage et un toit pointu… Pourtant, la maison de Bruno Comby, à Houilles (Yvelines), est un vrai laboratoire de l’efficacité énergétique. “On imagine la maison écolo comme celle des trois petits cochons, avec de la paille, du torchis et une cheminée au bois, explique-t-il. Moi, je suis ingénieur, j’ai décidé de fabriquer une maison moderne avec un budget standard.”

Dès la conception, il choisit une forme cubique, qui limite la surface en contact avec l’extérieur, entourée de locaux non chauffés (garage, cave, grenier), une baie vitrée au sud et peu d’ouvrants au nord. La structure est constituée de brique monomur, dont les alvéoles emprisonnent l’air. L’isolation n’a rien de révolutionnaire – laine de verre épaisse et double-vitrage de qualité – mais Bruno Comby a fait la chasse à tous les ponts thermiques (toiture, angles, sols…). “Ma maison est une bouteille thermos.” 

Dehors, il a neigé et le thermomètre affiche - 5 C, mais dans le salon, il fait un agréable 20 C. Pourtant, aucun radiateur en vue. Le chauffage vient du sol et d’un puits canadien. Bruno Comby a creusé son jardin pour y faire passer cent mètres de tuyaux qui ventilent sa maison. “A 2 mètres sous terre, l’air est toujours entre 12C et 15 C. Grâce à une ventilation à double flux, l’air chaud évacué de ma cuisine et de ma salle de bain réchauffe l’air entrant et sort à 19 C dans mes bouches d’aération.” L’été, ce système géothermique assure la climatisation. 

La “salle des machines” se trouve à la cave, où trône une pompe à chaleur ultraperformante, qui alimente le chauffage au sol et le ballon d’eau chaude. Fonctionnant comme un réfrigérateur inversé, elle permet d’obtenir, par compression, 6 kW de chaleur pour 1 kW d’électricité. Obsédé par les pertes d’énergie, Bruno Comby ne laisse rien au hasard : il a bricolé un système de tuyauterie pour tiédir son eau froide en récupérant la chaleur des évacuations de sa douche. Il limite aussi la cuisson de ses aliments – “parce que c’est plus sain.”

Tout compris, pour une maison de 140 m2, ce GéoTrouvetou ne dépense qu’un euro d’électricité par jour. Grâce à des panneaux solaires sur le toit, il revend même à EDF davantage d’électricité que ce qu’il consomme. Son bilan carbone est imbattable : 300 kilos d'équivalent CO2 par an, contre 10 tonnes pour un Français moyen.

Metro

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence - dans A méditer...
commenter cet article

commentaires