Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : belleplanete.over-blog.com
  • belleplanete.over-blog.com
  • : Amoureuse de la nature, un brin militante, bienvenue dans mon monde... écologie, merveilles terrestres, belles initiatives, protection animale, livres, cuisine végétarienne mais aussi grognements et émotions... Belle visite ! Laurence
  • Contact

Recherche

9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 17:06
Riri le hérisson
 
Une colonie de hérissons vit sur un talus ferroviaire inclus dans un grand projet d'aménagement (Chapelle International) du 18ème arrondissement : construction de logements sur 6,3 hectares livrés en 2016.

Le cabinet d'Anne Hidalgo, première adjointe au maire chargée de l'urbanisme, tient à rassurer : «L'idée c'est de tenir compte de ces hérissons, comme on l'a fait pour les pipistrelles de Broussais (14ème), où l'habitat des chauves-souris va être préservé et les travaux réalisés en fonction de leur période d'hibernation.» Il s'agit même d'une obligation, puisque les hérissons d'Europe ont été classés espèce protégée en 1981, ce qui interdit destruction, capture ou transport. «À ma connaissance, le talus abrite l'unique colonie dans Paris intra-muros», glisse Geneviève Renson, une photographe naturaliste qui milite pour les hérissons et la biodiversité du talus.

«Auparavant, celui-ci s'étendait loin en dehors de la capitale, pose-t-elle. Les hérissons ont dû migrer jusqu'ici, où ils affectionnent les ronciers, sous lesquels ils se cachent, et les jardins alentours. J'ai même vu plusieurs bébés, c'est donc qu'ils s'y sentent assez bien pour se reproduire. Mais pour les dénombrer exactement, il faudrait organiser un recensement.» Dans le projet «Chapelle International», elle craint notamment la coulée verte qui passerait juste au-dessus du talus, d'environ 2500 mètres de superficie. «Il faudrait qu'elle soit aménagée de telle sorte qu'elle devienne un sanctuaire pour les hérissons», espère-t-elle. «Un sanctuaire, je ne peux l'assurer, mais tout sera mis en œuvre pour veiller à leur tranquillité», garantit Pascal Julien, en charge de l'environnement à la mairie du 18ème. Une tranquillité parfois mise à mal par la SNCF et Réseaux ferrés de France (RFF), propriétaire du terrain. «À l'été 2009, deux mois après la signature d'une charte environnementale par RFF, des agents d'entretien en combinaison étanche ont aspergé la friche de produits toxiques, raconte l'élu Vert. Nous avons retrouvé de nombreux cadavres d'animaux…» Depuis, des gages ont été donnés pour ne plus rééditer ces opérations.

Mais, afin d'empêcher les intrusions de personnes sur les voies, des tranchants barbelés à même le sol compliquent encore la vie des hérissons. «Ils peuvent s'y mutiler gravement», regrette Geneviève Renson. Après des mois d'atermoiements, la SNCF a décidé de réagir. «J'ai un engagement ferme à les relever pour que les bêtes passent dessous sans danger», certifie un chargé de communication. «Ces hérissons sont une chance, il faut même y aller encore plus franchement et valoriser cette biodiversité», poursuit-il. Des promesses à traduire en actes.

Le Figaro

 

Lire également l’article « Le sanctuaire des hérissons » dans la catégorie « Le coin des associations » 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence - dans Agissons !
commenter cet article

commentaires