Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : belleplanete.over-blog.com
  • belleplanete.over-blog.com
  • : Amoureuse de la nature, un brin militante, bienvenue dans mon monde... écologie, merveilles terrestres, belles initiatives, protection animale, livres, cuisine végétarienne mais aussi grognements et émotions... Belle visite ! Laurence
  • Contact

Recherche

13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 21:14

En quelques années, une petite école de campagne où les enfants ne venaient guère avec plaisir s’est complètement transformée. Aujourd’hui, les élèves apprennent à lire, écrire et compter grâce à un lien étroit avec la nature, relate El País.

L’école municipale Hermann Müller, située en zone rurale près de la ville de Joinville, dans l’Etat de Santa Catarina [sud du Brésil] est devenue un modèle d’éducation environnementale. Depuis quelques années, une expérience-pilote s’y déroule, durant laquelle apprendre à lire et à écrire se fait en lien avec la nature. L’école utilise des moyens révolutionnaires que personne n’ose critiquer : de fait, les élèves obtiennent d’excellentes notes en compréhension et en écriture.
Sa jeune directrice, Silvane Aparecida da Silva
, a su allier avec succès l’éducation enfantine et l’environnement en développant une méthode pour apprendre à ces enfants de la campagne à lire et à écrire avec des fleurs et des poèmes.
Dans le jardin cultivé et entretenu par les élèves sous la direction de jardiniers expérimentés, chaque fleur est associée à une lettre et les enseignants accrochent un poème dans chaque massif de fleurs.
Ce “jardin enchanté” est aménagé avec des matériaux de récupération. Un chemin de pierre, l’“alphabet des fleurs”, débouche ainsi sur une maquette de la maison de Monet. Les enfants apprennent les mathématiques en construisant une zone pour faire pousser des orchidées qu’ils rendent à la nature lorsqu’elles sont assez grandes. Ils cultivent également des fleurs et s’occupent du potager, dont les fruits et les légumes vont directement à la cuisine de l’école.
Lorsque Mme da Silva a été nommée directrice de l’école en 2003, l’établissement n’avait aucun prestige et comptait à peine vingt élèves démotivés qui ne parvenaient même pas à apprendre à écrire leur propre nom. Aujourd’hui, l’école affiche complet et les élèves étudient toutes les matières à travers la nature qu’ils apprennent à aimer et à respecter.
Selon Mme da Silva, ce projet novateur, qui a reçu le soutien du ministère de l’Education brésilien, a pour objectif d’enseigner la lecture et l’écriture dans un cadre d’éducation environnementale qui amène les élèves à observer, admirer et respecter la nature en participant directement à sa préservation et en s’appropriant cette expérience.”
Mme da Silva s’émeut en racontant la métamorphose des enfants pauvres des campagnes face à cette corrélation entre la nature et la poésie : C’est incroyable de voir la compréhension que les enfants ont de la poésie et comment ils réussissent à transformer leur vie grâce à elle. Bien mieux que les adultes. Les enfants n’ont pas peur des images et des métaphores les plus hardies. Par exemple, quand ils lisent le vers « Nous planterons ici des arbres et des ombres », planter des ombres est pour eux une chose tout à fait normale. Leur imagination fonctionne mieux que celle des adultes, qui ont souvent peur de la poésie parce qu’elle ébranle leurs certitudes. Ce n’est pas le cas chez les enfants. Ils sont toujours ouverts au paradoxe et à l’inattendu.”

L’une des particularités et des forces de l’école Hermann Müller réside dans la complicité qui règne entre les élèves et leurs parents ou les autres membres de leur famille, des gens de la campagne. Les enfants, explique Mme da Silva, forts de leur amour pour les oiseaux en tant que symboles de la liberté, parviennent à convaincre leurs parents d’ouvrir la porte des cages, de renoncer à les chasser et de remettre pièges et fusils à l’école. “Lorsque les enfants comprennent et aiment le lieu où ils sont nés, ils deviennent en grandissant des citoyens qui ont un engagement avec la terre où plongent leurs racines”, affirment les enseignants
.
Au milieu des jardins, des potagers et des oiseaux en liberté, les élèves affichent une joie que l’on voit peu dans les austères écoles traditionnelles. C’est là une expérience digne de considération dans la recherche complexe de nouvelles façons d’enseigner.

Courrier International

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence - dans Parcs et Jardins
commenter cet article

commentaires