Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : belleplanete.over-blog.com
  • belleplanete.over-blog.com
  • : Amoureuse de la nature, un brin militante, bienvenue dans mon monde... écologie, merveilles terrestres, belles initiatives, protection animale, livres, cuisine végétarienne mais aussi grognements et émotions... Belle visite ! Laurence
  • Contact

Recherche

7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 18:12
Jean-James Garreau, devant son usine haute qualité environnementale (HQE), récemment inaugurée sur l'Agropole. 
Jean-James Garreau, devant son usine haute qualité environnementale (HQE),
récemment inaugurée sur l'Agropole. (photo Émilie Drouinaud)
  

Bourlinguer humanum est… Jean-James Garreau s'est forgé dans les voyages : l'Europe bien sûr, mais aussi les Amériques ou encore l'Afrique. « J'ai fait mon service militaire comme professeur en Côte d'Ivoire. » Treize ans sur les routes, avec la curiosité en bagage et quelques idéaux fermement accrochés aux godasses. « J'ai travaillé sur des campagnes pour replanter des arbres et contre la désertification et c'est à cette époque que j'ai commencé à m'intéresser à la nutrition. » Lauréat de l'Agropole. C'est aussi à cette période que celui qui deviendra docteur en biologie découvre le soja et expérimente les régimes alimentaires. Végétarien d'abord. Puis végétarien strict, autrement dit végétalien. « Mais je me suis rapidement aperçu que les fromages me manquaient. » Nous sommes en 1994. Le fils Garreau en a fini de sa grande vadrouille et réintègre la ferme familiale, en Vendée. Il touche le RMI. « Mes parents élevaient des chèvres. Ils produisaient un peu de fromage. J'ai commencé à en faire de mon côté, à partir de lait de soja, qui se vendaient comme des petits pains dans les boutiques bio. » En 1995, Garreau migre vers Bordeaux, loue un laboratoire pour la mise au point technologique de son fromage et rempile à la fac. Il présente une thèse de biologie sur les chevreuils et gagne, en 1996, un concours de l'innovation organisé par l'Agropole, à Agen. Soja lactofermenté « Le fromage végétal c'est l'application des technologies fromagères au lait de soja », expose Jean-James Garreau, à la tête de l'entreprise Le Sojami à Estillac depuis 1997. Reconfigurée selon les dernières normes environnementales, cette usine, peu gourmande en énergie, fabrique une centaine de références, à base de soja, distribuées dans leur grande majorité en France. « On a des touches pour commercialiser des produits en marque de distributeur », signale Jean-James Garreau qui s'est fixé, comme prochain objectif, d'élargir le cercle des consommateurs de mets au soja lactofermenté. « Nos produits ont les inconvénients de leurs avantages, il faut les expliquer plus que les autres… »

Le DVD "Comment nourrir l'avenir"

 Même si elles lui ramènent régulièrement « les pieds sur terre », ses fonctions de chef d'entreprise ne détournent pas Jean-James Garreau de son engagement pour la cause alimentaire et la nutrition. « Pour la santé des gens et de l'économie, il faudrait que notre alimentation soit beaucoup moins carnée car en l'état, elle est beaucoup trop grasse. Avec 75% de protéines animales pour 25% de protéines végétales, elle est trop déséquilibrée. »

Des préoccupations consignées dans un DVD réalisé avec le concours de son neveu et intitulé « Comment nourrir l'avenir ». Un documentaire sorti au mois de juin dernier qui dresse un état des lieux des méfaits liés à la surconsommation de protéines animales et d'aliments raffinés dans les sociétés développées avec, en arrière-plan, la pratique d'une agriculture industrielle qui a rendu possible cette surconsommation.

www.sudouest.fr

 

Comment nourrir l'avenir ?

 

 

Video

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurence - dans A lire - A voir
commenter cet article

commentaires