Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : belleplanete.over-blog.com
  • belleplanete.over-blog.com
  • : Amoureuse de la nature, un brin militante, bienvenue dans mon monde... écologie, merveilles terrestres, belles initiatives, protection animale, livres, cuisine végétarienne mais aussi grognements et émotions... Belle visite ! Laurence
  • Contact

Recherche

22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 10:16
Nathalie et son mari

Les wwoofers, comme Nathalie et son mari, sont souvent préposés au jardinage.

 

Le wwoofing permet de séjourner gratuitement dans des fermes bio ou chez des écolos en échange de quelques travaux…

Marre des séjours formatés ? Tentez le wwoof ! Ce sigle barbare signifie “Worldwide Opportunities on Organic Farms” : l’occasion de parcourir le monde en visitant des fermes biologiques. L’idée, née en 1971 en Grande-Bretagne, consiste à mettre en relation des agriculteurs qui ont besoin de main d’œuvre et des volontaires prêts à travailler quelques heures par jour contre le gîte et le couvert.  Des vacances peu coûteuses mais très actives.

"Apprentissage du métier"
Au fil des ans, le wwoofing s’est étendu à d’autres activités écolos, comme l’éco-construction. “Ce ne sont pas des travaux exténuants, plutôt du bricolage ou un apprentissage du métier”, explique Nathalie Jouat-Bonniot*, qui a voyagé pendant dix-huit mois pour “découvrir d’autres styles de vie”. Cette curiosité est souvent la première motivation des wwoofers, souvent des étudiants, seuls ou en couple. On peut aussi croiser des retraités ou des familles.

La Nouvelle-Zélande, paradis des wwoofers
Balbutiant en France, avec 500 hôtes et 10 000 wwoofers, le mouvement est très développé en Nouvelle-Zélande, en Australie ou au Canada. Idéal pour améliorer son anglais, apprendre les techniques bio et faire de belles rencontres.

De quelques jours à quelques mois
La durée de séjour est libre, mais un week-end ne suffit pas. “Je prends rarement les gens moins d’une semaine, le temps d’expliquer les tâches”, précise Simone Heidrich, maraîchère à Gouren (Finistère), qui accueille en permanence deux ou trois personnes. Elle leur prête une voiture et leur fait découvrir la région. “J’ai toujours voyagé, explique-t-elle. Maintenant que je suis fixée, ça me fait rencontrer des gens d’ailleurs.”

Pour en savoir plus...
* Le guide "Wwoofing", de Nathalie Jouat-Bonniot (Démocratics Book, 24 euros).
* Le site officiel du Wwoof dans le monde qui recense toutes les associations pays par pays : http://wwoof.org

* Le site français, sur lequel on peut commander, pour 15 euros (20 euros pour deux) la liste des hôtes disponibles : http://wwoof.fr

Metro

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires